Dominique Anglade – Marwah Rizqy : un duel décomplexé au PLQ

L’une est candidate déclarée à la course à la chefferie du parti; l’autre va vraisemblablement annoncé sa candidature à la course sous peu. L’une a été ministre de l’Économie, vice-première ministre du Québec dans le gouvernement de Philippe Couillard, et a été réelue député de Saint-Henri-Sainte Anne en octobre 2018; l’autre a travaillé dans le secteur privé pendant de nombreuses années avant de faire le saut en politique il y a bientôt un an, lors de l’élection générale d’octobre 2018. Pari réussi, puisqu’elle a été élue députée de St-Laurent.

Dominique Anglade et Marwah Rizqy sont deux neoquébécoises intelligentes, ambitieuses et animées par un profond désir de changer notre société. Leur duel – jusqu’ici feutré – a pris et va prendre de plus plus d’ampleur. Chacune d’elle rêve de devenir la première femme à diriger le parti libéral du Québec (PLQ).

En admettant que la reconquête et l’exercice du pouvoir  par le PLQ sera vraisemblablement un long parcours sur un chemin rugueux, semé d’embûches diverses; et en y ajoutant surtout le fait que rien ne laisse présager (selon les analystes les plus sérieux) que la CAQ ne bénéficiera pas d’un second mandat (minoritaire ou majoritaire), il semble logique que cette course pour la chefferie de Dominique Anglade d’une part et de Marwah Rizqy de l’autre, est sans aucun doute un tremplin pour l’avenir… Disons 2026.

Elles ont en commun de n’être pas des “libérales pur jus“. Dominique Anglade vient de la CAQ (on ne manque pas de le lui rappeler), quant à Marwah Rizqy, elle a flirté pendant un moment avec QS. Autre point commun – et qui est plutôt une qualité : leur audace. Oui, leur audace ! Et c’est ce qui rend intéréssant leur présence dans l’arène politique québécoise, où très souvent, les femmes, de surcroît neoquébécoises, sont absentes des premiers rangs.

Différentes  ? Sûrement ! Contrairement à Dominique Anglade, sa camarade-rivale, Marwah Rizqy part avec un handicap : moins connue par les militants, mais aussi par les québécoises et québécois. La députée de St-Laurent devra ratisser plus large que chez les Jeunes libéraux (sur lesquels elle semble beaucoup miser, en se fiant à ces dernières sorties) si elle veut rallier à elle, les caciques et autre militants francophones, spécialement ceux des régions, sur lesquels Dominique Anglade a pris de l’avance. Et quand on sait qu’il s’agit là d’un électorat crucial, on imagine aisément la suite.

Il ne reste plus qu’a espérer que cette course entre deux femmes de talent, symboles de ce nouveau Québec, se fera sans complexes, mais avec élégance.

(c) Cyrille Ekwalla (août 2019)

 

 

 

You may also like ...

0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *