Qc2018 : Le Scope Diversité : minorités visibles – Mise à jour 3

Nouvelle mise à jour du scope « Diversité néoquébécoise : minorités visibles » de l’Institut Neoquébec.

À deux mois du début de la campagne électorale officielle (sept. 2018)  en vue du renouvellement des 125 sièges de député-e-s à l’assemblée nationale prévu le 1er octobre 2018, quasiment aucun des 4 principaux partis politiques représentés à l’assemblée nationale n’a encore réussi à combler les 125 candidatures représentant les circonscriptions électorales provinciales. Seul Québec Solidaire a réussi à passer le cap des 50% d’investitures avec 74 candidatures officielles. Une preuve sans doute de la difficulté – si souvent décriée – des partis politiques à recruter, non seulement du personnel politique, mais surtout des candidats aux élections. Que dire dans ce cas du recrutement de candidats et candidates issu-e-s des minorités visibles ?

Pour ce scope « Diversité neoquébécoise « minorités visibles » – inédit jusque là – nous nous étions donné pour objectif de proposer une mise tous les 15 jours. Nous avons malencontreusement été contraint d’allonger le délai entre deux publications, dû au fait que ledit recrutement est stagnant. Entre la dernière mise à jour (26 mai 2018) et celle que nous vous proposons aujourd’hui (12 juin 2018), le seul fait notable à retenir est l’annonce de … deux (2) candidatures nouvelles : Farida Sam pour le PQ et Mohammed Barhone pour le PLQ. En dehors de cela, rien de nouveau.

Toutefois, comme promis, notre équipe continuera donc, – et ce jusqu’à la clôture des mises en candidature par le DGEQ – de vous proposer notre scope sur l’évolution dans les 4 partis politiques représentés à l’assemblée nationale (Parti libéral du Québec – PLQ; Québec solidaire – QS; Parti Québécois – PQ; Coalition Avenir Québec – CAQ) de l’inclusion de candidatures de neoquébécois et neoquébécoises.

Rappelons encore une fois qu’aucun de ces quatre (4) partis n’a annoncé de cible précise en ce qui concerne la diversité dans son ensemble (minorités visibles, membres LGBTQ+, handicapé-e-s, minorités ethnoculturelles); encore moins pour ce qui concerne, particulièrement les minorités visibles.

En date du 12 juin 2018 (23h59 HE) –, date de la 3ème mise à jour, voici les constats :

  • Coalition Avenir Québec : le parti de  François Legault n’a pas fait de mouvement particulier dans le recrutement de candidats nouveaux , encore moins vers des candidats issus des minorités visibles. À date, la coalition compte 5 candidat-e-s parmi les 46 déjà investis, soit 10,9%.
  • Québec Solidaire reste en fin de compte constant dans l’inclusion de candidat-e-s issu-e-s des minorités visibles. Le pourcentage de néoquebecois-es au sein des investi-e-s QS est de 16,2%. Etant le seul parti à avoir comblé plus de la moitié des circonscriptions, on dénombre 12 candidatures « minorité visible »sur 74.
  •  Parti Libéral du Québec. Le PLQ est le parti le plus immobile en matière de recrutement des minorités visibles. En date du 12 juin 2018, le parti au gouvernement ne compte que 4 candidatures « minorité visible »  parmi les 65 déjà investies; soit 6,2%.
  • Parti Québécois : au-delà des discours et encore une fois d’une politique d’immigration « plus consensuelle » (selon nombre d’analystes), le parti québécois voit son compteur de candidatures « minorités visibles » bloqué. Sur 51 candidatures confirmées, seules 4 sont attribuées à des néoquébécois, soit 8%.

Il apparaît donc que l’inclusion de plus de candidats « minorités visibles » dans les 4 partis politiques ( CAQ, QS, PLQ,PQ) pris dans leur ensemble font du sur-place. On dénombre 25 candidatures neoquébécoises  » minorités visibles » sur 235 candidat-e-s investi-e-s, , ce qui équivaut à 10,6 % (soit 1 point de moins par rapport au précédente classement). Il reste à combler, respectivement pour la CAQ : 84 candidatures; QS : 51 candidatures; PLQ : 60 candidatures et le PQ : 75 candidatures.

Comme l’indique le tableau ci-dessous, sur les 25 candidatures « minorités visibles » déjà investies, Québec Solidaire (QS) se taille « la part du lion » avec 48%, tandis que les 2 partis qui ont été aux affaires depuis près de 20 ans, le PQ et le PLQ, se contentent de « miettes »  : 4% chacun. Au milieu, on retrouve la CAQ avec 20%

Anciennes mises-à-jour

 

CANDIDATS / CANDIDATES (25 mai 2018):

Dominique Anglade (Saint-Henri – Sainte-Anne / PLQ)

Mohammed Barhone (Taillon / PLQ)

Elias Dib Nicolas ( St-Laurent /PQ)

Dieudonné Ella Oyono (Saint-Henri – Sainte Anne / PQ)

Andrés Fontecilla (Laurier-Dorion / QS)

Sandrine Garcia McDiarmid (Châteauguay / QS)

Janny Gaspard (Viau / CAQ)

Nadine Girault (Bertrand / CAQ)

Alain Joseph (Mille-Îles / QS)

Alice Khalil (Chomedey / CAQ)

Maka Kotto (Bourget / PQ)

Jean-Claude Kumuyange (D’Arcy-McGee / QS)

Annabelle Lalumière-Ting (Orford / QS)

Graciela Mateo (Laval-des-Rapides / QS)

Rabah Moulla (Chomeday / QS)

Saul Polo (Laval-des-Rapides / PLQ)

Celine Pereira ( Pointe-aux-Trembles / QS)

Raphael Rebelo (Maurice Richard / QS)

Marwah Rizqy (St-Laurent / PLQ)

Sophie Pagé Sabourin (Richelieu / QS)

Farida Sam (Acadie / PQ)

Ismaël Seck ( Jeanne-Mance-Viger / QS )

Julie Seide (Bourassa-Sauvé / CAQ)

Christopher Skeete (Sainte Rose / CAQ)

Alejandra Zaga Mendez (Bourassa-Sauvé / QS)

 

Méthodologie

  • Notre veille porte essentiellement et exclusivement sur les 4 partis représentés à date à l’assemblée nationale du Québec : Coalition Avenir Quebec (CAQ), Parti Libéral du Québec (PLQ), Parti québécois (PQ) et Québec solidaire (QS).
  • Par neoquébecoises et neoquébecois, nous entendons les minorités visibles, telles que définies par la Loi sur l’Équité en matière d’emploi et par Statistiques Canada et Statistiques Québec : «  les personnes, autres que les Autochtones, qui ne sont pas de race blanche ou qui n’ont pas la peau blanche ». La variable minorité visible comprend les catégories suivantes : Sud-Asiatique, Chinois, Noir, Philippin, Latino-Américain, Arabe, Asiatique du Sud-Est, Asiatique occidental, Coréen, Japonais… »
  • Les données servant de base à ces résultats et graphiques proviennent des sites internet des partis. Autres sources complémentaires : bases de données d’Elections Québec…
  • Marge d’erreur infime, mais possible, en fonction de la mise à jour des sites internet des partis politiques sus-cités.

 

(c) Institut NeoQuébec – Juin 2018

You may also like ...

0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *