L’entrevue de CYEK : Ayana O’SHUN, comédienne – réalisatrice

1
47

Elle est l’une des comédiennes afroquébécoises les plus présentes sur les écrans et les scènes québécoises, et pourtant Ayana O’Shun (née Tetchena Bellange) n’est pas ce que l’on appelle une comédienne “populaire”. Avec une filmographie à faire pâlir plus d’un-e comédien-ne (plus de 40 participations à des films, séries télévisées, pièces de théatre, etc..), cette native du Québec de parents haïtiens est une artiste, entrepreneure et femme engagée.

Pour elle, il n’y a aucune incompatibilité entre son implication comme comédienne-productrice du célèbre documentaire “Les mains noires” qui raconte le procès de Marie-Josèphe Angélique (femme esclave noire accusée d’avoir provoqué l’incendie d’une partie de Montréal et exécutée sur la place publique en juin 1734) ou la réalisation et production du docu ” Médecins sans résidence” (qui traite des obstacles des médecins formés à l’étranger quant à leur intégration au Québec)… et sa participation à des films tels que Les Boys III, La Chute de l’empire américain (Denys Arcand),  The Day after tomorrow (Dennis Quaid) ou encore Les beaux malaises (Martin Matte – TVA)), 30 vies (Radio Canada), etc..

Ayala O’Shun, égérie du Festival Panafricain de Cannes , dont elle a été le visage de 2012 à 2016, est venue au micro de Cyrille parler de la pièce “Le Dernier Sacrement”  dans laquelle elle joue  au Théatre d’Outremont du 31 janv au 2 fev. avant de prendre la route en mars pour une tournée à travers le Québec.

Le Dernier Sacrement (de Denis Bouchard) – Comédiens : Denis Bouchard, Ayana O’Shun et Sofia Bourdin – Théatre d’Outremont

 

(c) NeoQuébec – janvier 2019

You may also like ...

0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *