“Entreprendre en région” : ou comment une nécessité économique répond à une exigence politique.

« Nous ne sommes qu’à mi-parcours, mais même si beaucoup reste encore à faire, nous sommes globalement satisfaits des retombées des premières missions. ». C’est par ces mots teintés d’optimisme que M. Monsef Derraji, le président-directeur général du Regroupement des jeunes chambres de commerce du Québec (RJCCQ) a terminé notre entretien autour du programme « Entreprendre en région ».

Et, ils ont de quoi être optimistes, au RJCCQ, devant l’engouement suscité par ce projet pilote qu’ils ont initié. Un projet appuyé par deux partenaires majeurs : le gouvernement du Québec et le Mouvement Desjardins, et pour lequel Mme Danièle Henkel, grande entrepreneure, a accepté d’en être l’ambassadrice.

En effet, « Entreprendre en région » est une initiative novatrice dans le flot de solutions pensées pour endiguer « la sècheresse entrepreunariale » qui sévit dans de nombreuses régions du Québec depuis un bon nombre d’années déjà, en raison de l’exode rural et du vieillissement de la population. Plusieurs initiatives ont été implantées pour faire face à la pénurie de la main-d’œuvre, avec des résultats mitigés.

Concilier une exigence politique avec une nécessité économique

Avec une première mission commerciale en janvier 2018, on en vient à se demander, qu’est-ce qui différencie le programme « Entreprendre en région » des autres programmes de soutien aux entrepreneurs, déjà en cours, et qui provoque cet enthousiasme.  Pour Monsef Derraji, cela est lié au caractère « …concret et pratique du programme ». Et d’ajouter « Il est à taille humaine ; il permet à un groupe d’une dizaine d’entrepreneurs, issus de la diversité, de sillonner le Québec, de rencontrer des acteurs économiques et de saisir des opportunités qu’ils n’auraient probablement pas vu passer sans le travail du RJCCQ”.

Une affirmation soutenue notamment par Joseph-Flaubert Duclair, fondateur et responsable du développement des affaires chez Réseau-IBC Inspecteurs en bâtiments certifiées, qui a déclaré à l’issue de la mission commerciale de Rivière-du-Loup : « On n’a pas toujours accès à cette toute petite clé qui ouvre la porte du succès. Cette mission à Rivière-du-Loup pèsera très lourdement dans la stratégie de développement de mon entreprise au Québec. Je suis très reconnaissant d’avoir pu prendre part à projet novateur ».

S’appuyant sur un réseau de près de douze jeunes chambres de commerce de communautés dites culturelles, le RJCCQ, par ces missions commerciales à travers le Québec, crée de ce fait un maillage entre les entrepreneurs neoquébécois et les membres du regroupement en régions. Pour le pdg du Regroupement, « certains entrepreneurs veulent investir en région, mais ne savent pas par où commencer. Avec notre réseau, nous leur proposons un programme clé-en-mains ». Pour les entrepreneurs, il s’agit là d’une opportunité « qui n’a pas de prix ». Et pour cause !

Mission commerciale IERÉtabli sur une journée, il est donné à l’entrepreneur inscrit au programme, la possibilité de rencontrer les élus et les acteurs économiques locaux de la région visitée, en une seule fois. Et qui dit, rencontrer tous ces interlocuteurs au même moment et dans le même lieu, quel gain de temps et d’énergie ! Et c’est en cela que « Entreprendre en région » se démarque : l’efficacité. Un voyage qui ressemble fort à une journée d’immersion dans un environnement nouveau, constitué de rencontres, de visites d’entreprises, de discussions diverses.

Après 4 missions (Sherbrooke / 16 janv. 2018, Trois-Rivières /25 janv. 2018, Saint-Jérôme/7 fev. 2018 et Rivière-du-Loup/15-16 mars.2018) et un bilan plutôt élogieux (plus de 30 entrepreneurs neoquébécois prêts à investir en région, une mobilisation de plus de 50 acteurs économiques, un investissement potentiel de 9 millions $…), la deuxième cohorte de missions, il y en aura 6, va se mettre en route au cours de l’hiver 2019. Les inscriptions pour prendre part à ce programme sont d’ores et déjà ouvertes pour les jeunes entrepreneurs immigrants, dans tous les domaines d’activités, désireux de tenter l’aventure entrepreunariale en région. Pour cela, il suffit de s’inscrire en ligne sur le site internet(*) consacré au programme : www.ier.rjccq. com

Photo de une : La délégation de participants à la mission de Sherbrooke le 16 janvier 2018 : Sergio Escobar, Mme Amira Boutouchent, Mme Ivette Chorro Fong, M. Jean-Philippe Lemieux, M. Joseph-Flaubert Duclair,  M. Sami Boutaleb, M. El-Hadji Sidy Kouyaté, M. Yingzhi Wang, Mme Marcelina Jugureanu, Mme Awa Ndiaye,  Mme Pamela Aduen, M. Monsef Derraji, Mme Julie Plamondon,  M. Claude Denis, M. Alexandre Laberge, Mme Louise Bourgault et M. Guillaume Bouchard. En avant, de gauche à droite : M. Lekbir Safouani, Mme Kathia St-Victor, M. José-Luis Chinchilla et M.Colin Bérubé.

(c) NeoQuébec – août 2018

 

You may also like ...

0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *